A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Home / Coups d’oeil / La liberté d’expression est-elle menacée en Tunisie ?

La liberté d’expression est-elle menacée en Tunisie ?

La seule conquête obtenue depuis 2011 est la libre expression. Cependant, des tentatives biaisées pour rétrécir le périmètre des libertés n’ont pas cessé tout au long de ces dernières années. Si ces velléités d’endiguement se poursuivent, nous risquons de nous retrouver au point de départ, avec une marge de manœuvre bien réduite.

Plusieurs signes indéniables démontrent que la liberté de la presse serait en sursis, si les journalistes eux-mêmes et la société civile ne faisaient pas davantage preuve de vigilance et ne prévenaient pas toute tentative d’atteinte aux libertés. Car au-delà des techniques de gouvernance, ce sont les libertés fondamentales, dont la liberté d’expression, qui représentent la clé de voûte de toute démocratie authentique en voie d’édification.

Tout progrès ne peut s’engager que dans un cadre propice au développement des libertés fondamentales, dont la liberté des médias soutenue par une société civile en éveil. Ces immunisants permettent de garantir un certain degré de discernement pour filtrer un flot d’informations contradictoires et souvent manipulateur qui brouille toute vision claire des faits et des événements. La garantie des libertés fondamentales est donc un élément essentiel sans lequel la démocratie n’est qu’une coque vide.

Mais, ce qui représente une menace supplémentaire  ne concerne pas les cas courants signalés par le syndicat général de l’information, relevant de l’U.G.T.T ou par la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica) ou par le SNJT ou par la Fédération tunisienne des Directeurs de journaux (FTDJ). Il s’agit plutôt de ces tentatives insidieuses, de ces menées qui se trament dans l’ombre et qui prennent différentes formes.

Le cas de journaux et radios qui font partie des biens confisqués représente un exemple édifiant. Ces entreprises sont gérées, depuis bientôt 6 ans, par des administrateurs judiciaires. C’est le provisoire qui dure ! Leur personnel, dont les journalistes, vivent une situation problématique. Plusieurs journalistes considèrent que les tergiversations des gouvernements successifs pour régler définitivement ce dossier dans des conditions convenables seraient délibérées.

Chaque gouvernement qui s’installe, ou bien ne dispose pas du temps suffisant pour clôturer l’opération de vente, ou le sujet ne figure pas parmi ses priorités, ou alors il manigance afin de laisser décliner encore plus la situation financière du média pour le vendre à perte à « un investisseur » proche de l’un des partis politiques au pouvoir afin de contrôler ensuite sa ligne éditoriale au service de cette faction. L’aspect économique et social du média en question est essentiel, mais l’aspect politique est fondamental. Pour cela, il est indispensable de tenir compte des spécificités de chaque média, de ne pas interférer dans sa ligne éditoriale et d’associer le personnel des médias proposés à la vente dans l’élaboration du cahier des charges relatif à toute cession.

Une nouvelle menace se profile dans le paysage médiatique tunisien. Les convoitises des nouveaux riches, dont la fortune récente suscite la perplexité et la controverse. Attirés par des médias dans une situation financière difficile ou ceux qui font partie des biens confisqués, ils tournent autour comme des vautours pour les faire tomber à la longue dans leur escarcelle. Ceux-là, dont les intérêts équivoques pèsent beaucoup plus que leur attachement au journalisme et à la liberté d’expression, représentent un réel danger !

Les médias ont toujours été dépendants des revenus de la publicité. Sous l’ancien régime, la fameuse Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE) qui a été créée en 1993, a contribué au verrouillage total de l’information, en appauvrissant les indépendants et en arrosant copieusement ceux qui prêtaient allégeance au régime. Le robinet de la publicité était actionné au prorata du degré de soumission des médias au système. Les entreprises publiques, semi-publiques n’avaient qu’à acquiescer. Si cette agence de propagande a disparu, la situation ne s’est pas améliorée pour autant pour les médias concernant la publicité.

Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens, le Syndicat National de l’Information relevant de l’UGTT et la Fédération Tunisienne des Directeurs de Journaux ont publié, en mars 2016, un communiqué sur les contraintes financières que traversent les médias. Ces organisations de la profession réclament à l’Etat de  jouer son rôle en garantissant l’indépendance de la presse, la transparence dans la distribution de la publicité sur les différents journaux, la reprise des abonnements avec l’administration publique et surtout de mettre en application l’accord concernant les annonces publiques dans les supports papier et électroniques. Elles réclament une meilleure organisation du dispatching des annonces publiques à travers un organisme indépendant, équitablement et en toute transparence.

Mais, l’élément perturbateur qui contribue à empêcher l’assainissement de l’atmosphère médiatique est cette presse jaune qui cultive la médisance et axe sur le sensationnel. C’est une voyoucratie lâchée contre tous ceux qui ne plaisent pas, encouragée en sourdine par des acteurs de la sphère politico-affairiste pour lyncher leurs adversaires politiques. Les tentatives d’intimidation, d’humiliation et de musellement n’ont pas totalement disparu du paysage. Cette presse des caniveaux et ces pages fielleuses dans les réseaux sociaux sont utilisées aussi pour justifier par certains politiciens d’éventuelles mesures liberticides dans une généralisation voulue qui joue sur l’amalgame.

Il faut reconnaître que, derrière les discours policés qui encensent la liberté des médias, les politiques rechignent à agir véritablement pour leur permettre d’accomplir leur mission dans des conditions convenables. Ils semblent considérer au fond d’eux-mêmes que les brider est dans leur intérêt. Sinon pourquoi continue-t-on à recourir aux dispositions du Code pénal tunisien, qui est pourtant en contradiction avec la Constitution et le décret-loi 115-2011 relatif à la liberté de la presse, notamment en ce qui concerne les peines prévues en cas de poursuites pour diffamation ? Par ailleurs, on ferme l’œil sur les abus de la presse à scandale. Le président de la République, qui est le garant du respect de ces libertés, estimait dans l’une de ses déclarations que, parfois, ces libertés d’expression sont utilisées excessivement, alors que le pays passe par des circonstances inhabituelles !

Pour toutes ces raisons et d’autres encore, la question sur les menaces contre la liberté d’expression doit être posée pour garantir le droit de chaque citoyen à dire publiquement ce qu’il pense, le droit de critiquer les décisions politiques et les compromissions entre les convictions proclamées de certains élus et les intérêts partisans. Il reste donc encore beaucoup à faire dans ce domaine où la vigilance est de rigueur.

About Ribens

Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris (Section : Relations internationales - juin 1978), se destinait à une carrière dans la diplomatie après un stage à l'Ambassade de Tunisie à Paris. Les circonstances 'hasards et nécessités- décidèrent d'un itinéraire professionnel différent. Parallèlement à de ses études à Sciences Po-Paris et à Paris II en sciences de l'information et de la communication, il entame en 1974 une exaltante aventure de correspondant à Paris ' chroniqueur (quotidiens & hebdomadaires tunisiens) qu'il poursuit pendant six ans. Ce qui lui permit d'approcher plusieurs personnalités politiques françaises et étrangères ainsi que des écrivains pour des entretiens (notamment Pierre Mendès-France, Michel Rocard, Michel Jobert, Hélène Carrère d'Encausse, Arthur Conte'), outre les articles et chroniques publiés régulièrement. Cette étape de son parcours, qui correspond à un élan spontané depuis l'enfance pour la lecture et l'écriture, s'enrichit en 1980 par un engagement politique auprès d'un homme d'Etat tunisien d'exception, Monsieur Mohamed Mzali qui portait alors un projet humaniste de démocratie et de progrès pour son pays. Il assure auprès de lui les fonctions de chargé de mission, d'abord au ministère de l'Education Nationale puis au premier Ministère pendant six années. Cet engagement à la fois lucide et enthousiasmé fut une expérience inédite qui lui permit de vivre durant cette période les efforts entrepris pour établir la démocratie (pluripartisme, liberté de la presse') et entamer les réformes nécessaires. Mais aussi d'observer une classe politique cynique et corrompue, traversée par les querelles marginales aux dépends de l'évolution de tout un pays et du bien être d'un peuple pacifique. Malgré l'épilogue de cette « traversée du Styx », aux côtés d'une figure marquante, il n'a jamais renié ses engagements pour les libertés. Les enseignements de cette expérience, avec ses revers mais aussi les espoirs qu'elle avait éveillés, l'avaient édifié sur la stérilité du combat politique dans des systèmes biaisés. Cependant, même si le « microcosme politique » n'a plus de sens pour lui, il n'a pas tourné le dos à une certaine éthique ni renoncer à agir. Il choisit de se retirer de cet univers détestable d'anthropophagie politicienne en regagnant l'administration comme cadre supérieur pendant dix-sept ans au cours desquels il a occupé des postes de direction. Il a exercé simultanément plusieurs activités : Conseiller Municipal élu de sa ville (1984 ' 1988), Secrétaire Général National élu ' Jeune Chambre de Tunisie (1988), Sénateur de la Jeune Chambre Internationale (Jaycees International), comme il a assuré une consultance en marketing et a enseigné le commerce international appliqué à la Faculté de Management & de Commerce International, à l'Université de Tunis III / Institut Supérieur de Gestion de Tunis. Il collabore aussi pour le compte de la Commission Européenne en tant qu'External expert pour l'évaluation des projets (EUMEDIS) dans deux domaines : commerce électronique et e-training. C'est en 2003 qu'il est contacté par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour une consultance au Koweït (un an), puis accepte une proposition de la Public Authority For Industry de ce pays comme conseiller depuis 2004 à ce jour. Sa passion pour la lecture et l'écriture ne s'est pas émoussée avec le temps, elle s'est affirmée d'abord à travers des traductions de l'arabe au français du livre « Les Courants Littéraires dans la Tunisie Contemporaine » (ATLAS Editions ' Février 1998), puis du roman « Aïcha » (Editions Bénévent- Juillet 2008), avant d'écrire son premier essai « Libertés fondamentales et modes de corruption des systèmes » aux Editions Thélès (2010).

Voir aussi

Quand la déraison du pouvoir politique phagocyte l’économique

C‘est à une relecture attentive des corrélations entre économie et politique en Tunisie que nous …